UNE PHASE PILOTE POUR LES OLYMPIADES UNIVERSITAIRES DU CAMES

Le Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES) est une organisation régionale intergouvernementale dont la création a été décidée par la Conférence des Chefs d’Etats et de gouvernements des pays membres de l’Organisation Commune Africaine et Malgache (OCAM), tenue à Niamey (Niger) les 22 et 23 janvier 1968.

Il compte aujourd’hui 19 pays membres répartis entre l’Afrique Centrale, l’Afrique Occidentale, la Région des Grands Lacs et de l’Océan Indien. Cette institution est reconnue pour sa crédibilité et considérée comme un modèle réussi d’intégration panafricaine, en matière de mutualisation et de promotion des ressources de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Il dispose d’un leadership avéré dans le domaine de l’’Enseignement Supérieur et de la Recherche, en favorisant chaque année une concertation des Ministres des Etats membres de son espace, sur les politiques d’Enseignement supérieur et de Recherche (Conseil des Ministres). Par ses programmes, il s’assure de la qualification des Enseignants et Chercheurs (CCI et concours d’agrégation, plus de 10 000 candidatures à ce jour), encadre l’activité des acteurs du secteur public et privé de l’Enseignement supérieur (Programme de Reconnaissance et d’Equivalence de Diplômes) et accompagne la mise en œuvre d’une démarche qualité au sein des établissements de l’enseignement supérieur et de la recherche (Programme AQ).  Il favorise la mise en réseaux des chercheurs par la création de programmes thématiques de recherche.

Il concourt à la collecte et la diffusion du savoir avec la création et l’animation d’un Centre d’Information et de Documentation.  Il a bâti, après un demi-siècle d’activités, une communauté d’acteurs engagés autour de la problématique de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

L’ensemble de ses activités participe au fond à la promotion de la mobilité des enseignants, chercheurs et des étudiants, à la mutualisation des ressources humaines et financière, à l’accélération de l’intégration régionale et à la construction d’un espace de qualité de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Son action s’inscrit présentement dans une programmation quinquennale 2015-2019, dénommée Plan Stratégique de Développement du CAMES (PSDC). Ce plan structurant et innovant s’articule autour de 7 axes stratégiques que sont : i) l’élaboration d’un code d’Ethique et de Déontologie ; ii) la modernisation  de la gouvernance ; iii) la réalisation de la  doublure virtuelle du CAMES dénommée programme Silhouette du CAMES ; iv) le déploiement d’un Programme assurance qualité du CAMES; v) le soutien et la valorisation de la formation, la recherche et l’innovation ; vi) le développement des synergies, des partenariats et des programmes innovants ; et vii) l’accroissement du rayonnement et de la visibilité du CAMES.

La mise en place d’un projet d’olympiades universitaires, aux fins de   susciter l’émulation et l’excellence auprès de la population estudiantine de son espace est portée par l’axe 6 du PSDC, dans le cadre des projets innovants. Il s’agit de créer un cadre d’expression, d’identification et de développement des talents des étudiants dans des domaines ciblés. L’accord portant création et organisation des olympiades universitaire du 26 avril 2013, en précise le contenu et donne les grandes orientations.

Ce projet a déjà retenu l’intérêt de l’université Senghor, opérateur direct de la francophonie, qui s’est engagée à accompagner le CAMES, dans sa mise en œuvre.

Dans la perspective de cette opérationnalisation, le Secrétariat général du CAMES met en place une phase pilote engageant quelques institutions volontaires, sur la période 2015 – 2018 afin d’en apprécier la faisabilité, pour une généralisation ultérieure à tous les pays membres.